OS DE GIRAFE STABILISE

OS DE GIRAFE STABILISE

Législation 0 Commentaires

Outre ses qualités dimensionnelles, ce matériau est associé à la sympathique Girafe, à l’Afrique sauvage … Devant la diminution du nombre de girafe, elle a fait son entrée dans la liste des espèces à protéger. Il est toujours possible de travailler ce matériau mais il faut se soumettre à certaines règles afin de contribuer à la protection de ce majestueux mammifère.

 

La GIRAFE :

Giraffa cameloparlis. Les Grecs pensaient que la girafe résultait de l'union du chameau «Camelus» et du léopard «Pardalis ».

 

La Girafe est endémique du continent Africain, du Niger au Cameroun, jusqu’en Afrique du Sud.

 

Les plaquettes en os quant à elles, proviennent uniquement des carcasses retrouvées dans des parcs et réserves d’Afrique du Sud.  Notre fournisseur raconte souvent sa première récolte dans un parc qui élève des lions blancs. Comment il a du armer femme et enfants de fusils, qui le protégeaient le temps qu’ils chargent des os dans son 4x4. En remuant les carcasses  …. un doux fumet attirait les lions … assez mécontents de voir les restes de leur dîner pillés par une bande de hyènes à deux pattes.

 

 

L’os de girafe présente plusieurs avantages :

Sa taille – un fémur mesure de 60/100 cm x 6/10 cm de diamètre avec une belle épaisseur.

-         Sa densité.

-         Les pièces que nous proposons sont toutes stabilisées afin de faciliter le travail. Les pores étant bouchés, la matière ne risque plus de se salir au contact d’une frotte noircie par l’acier.

-         La teinte ajoute de l’esthétique.

-         C’est un animal qui a des prédateurs ; on peut donc exploiter sa carcasse.

-         C’est un animal qui a un fort capital sympathie. Peut être parce que nous avons tous un souvenir d’enfance avec une certaine Sophie !

Giraffa camelopardalis est inscrit à l'annexe II de la convention de Washington depuis le 03/10/2019 et en annexe B au niveau de la communauté Européenne. Il en découle un certains nombres d’obligations pour la vente des couteaux avec des manches en os de girafe.

-               Il faut d’abord faire un inventaire des plaquettes que vous détenez (montées ou non) qui ont été acquises avant octobre 2019. Il s’agit d’un simple document déclaratif indiquant pour chaque morceau, sa date d’acquisition justifiée par une facture, le nom scientifique et la date d’introduction en Europe. Nous indiquons sur nos factures  et sur les produits tous les éléments nécessaires. Cet inventaire signé de votre part, doit être communiqué à votre DREAL (Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement).

-               Pour la vente en France et dans l’union Européenne, il faut  que votre couteau soit accompagné d’un document qui précise : Giraffa camelopardalis, importés en UE/France à la date du  XX/XX/XX, en précisant : « Espèce non annexée à la Convention de Washington  et au règlement intracommunautaire à cette date »

Ou le numéro de permis d’importation.

 

Ces éléments figurent sur  nos factures et sur  chaque manche.

 

-   Pour la vente vers un autre pays  hors Union Européenne: il s’agit alors d’une ré-exportation. Il faut joindre un permis au document de vente. Celui-ci s’obtient auprès de votre DREAL. La procédure est assez simple, il suffit de créer son espace sur le site de la CITES : https://cites.application.developpement-durable.gouv.fr/

Et se laisser guider.

 

Des petits efforts au regard de l’enjeu : la protection d’une espèce. Cette procédure permet en plus de rassurer vos clients.